Skip to main content

Risques lors d'une transfusion sanguine

warning: mysql_free_result(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /homepages/45/d289880206/htdocs/infoanesth/sites/all/modules/smfforum/includes/smf_api_2.php on line 95.

L'amélioration du traitement du sang ces dernières années rend minime le taux des complications liées à la transfusion sanguine.

Le risque lié aux agents viraux majeurs (VIH, VHB, VHC) est devenu infime. Le risque de contamination bactérienne est devenu supérieur au risque viral mais reste toutefois très faible. Le paludisme transfusionnel, exceptionnel, est le seul risque de contamination parasitaire en France métropolitaine. Le risque de contamination par des agents transmissibles non conventionnels reste théorique. Une hémolyse aiguë peut s'observer en cas d'incompatibilité ABO (la plus grave), mais aussi dans d'autres systèmes. Le risque ABO est évalué à 1 sur 150000 transfusions. Le contrôle ultime au lit du malade, obligatoire, est le dernier verrou de sécurité.

Les alternatives à la transfusion du sang d'un donneur :
- Pour certaines interventions où la perte sanguine est importante, une Transfusion Autologue Programmée (TAP) peut être optée. Elle consiste à prélever du sang du patient avant l'intervention et qui lui sera transfusé après l'intervention. C'est l'anesthésiste qui programmera les prélèvements s'il n'y a pas de contre-indication.
- L'EPO : l'érythropoïétine est une hormone qui augmente la production des globules rouges. En cas d'anémie avant l'intervention, on peut proposer cette technique au patient.
- La récupération sanguine peropératoire : elle consiste à récupérer le sang pendant l'intervention puis  à le transfuser au patient après lavage et filtration pour ne garder que les globules rouges.