Skip to main content

Alcool et anesthésie

warning: mysql_free_result(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /homepages/45/d289880206/htdocs/infoanesth/sites/all/modules/smfforum/includes/smf_api_2.php on line 95.

Lors d'une anesthésie, la prise de l'alcool modifie la diffusion des médicaments, souvent elle rend plus sensible aux anesthésiques. Une consommation chronique d'alcool, en revanche, entraîne une résistance aux médicaments et surtout des modifications métaboliques qui augmentent les complications péri-opératoires.

Quels sont les problèmes liés à la prise chronique d'alcool?
- Les problèmes cardiaques : myocardiopathie alcoolique (risque bien augmenté avec une consommation de 6 verres / jour), les troubles du rythme cardiaque avec syncope ou mort subite, hypertension artérielle.
- Au niveau sanguin, la coagulabilité du sang est diminuée. Il y a plus de risque de saignement péri-opératoire.

- Le système immunitaire est altéré, expliquant les infections plus fréquentes après la chirurgie. Il faut 2 mois de sevrage pour normaliser le système de défense de l'organisme.
- Sur le plan neurologique, il y a plus de risque d'accident vasculaire cérébral. La consommation chronique d'alcool génère des encéphalopathies responsables de démences. L'atteinte des nerfs est très fréquente.
- Au niveau digestif, en dehors du risque de cancer augmenté, l'alcoolisme majore le risque d'ulcère gastrique, de pancréatite.
- Le métabolisme est altéré, l'alcoolisme chronique modifie la composition ionique du sang, associe une hypercholestérolémie, des crises de goutte et une intolérance au sucre. Le métabolisme du foie est modifié, il se développe une stéatose hépatique, puis plus tard des nécroses du foie au stade chronique d'hépatite alcoolique.

Avant l'intervention :

  • Il est important d'évaluer la consommation alcoolique, de faire ensuite un bilan sur ses retentissements cardiaques, neurologiques, nutritionnels et sanguins.
  • Pour une chirurgie lourde, il est licite de faire un sevrage au moins 1 mois avant pour diminuer la morbidité péri-opératoire.


La prévention et le traitement du syndrome de sevrage :

  • Ce syndrome peut survenir 6 à 24 heures après la dernière prise d'alcool. Il associe l'anxiété, l'agitation, les sueurs, les tremblements, une tachycardie, l'hypertension artérielle. Le signe le plus impressionnant est le délirium tremens : hallucinations visuelles ou auditives, confusion, fièvre, et convulsions.
  • La prévention du syndrome de sevrage se fait par la prescription d'une benzodiazépine, l'hydratation et les vitamines B1 B6.